Tout savoir sur le calcul du bonus-malus

Le système bonus-malus est une clause inscrite dans le code des assurances. Il s’applique sur les contrats d’assurance des véhicules terrestres. Le choix d’application dépend de l’assureur en question. Les modalités de calcul sont également fixées par le code des assurances.

L’importance de calculer le bonus-malus

Le  bonus-malus est un système considéré comme étant un élément clé de l’assurance auto. Il est aussi appelé le Coefficient de Réduction-Majoration ou CRM. Il s’agit d’un coefficient à appliquer à la base d’un tarif d’assurance sur une échéance déterminée. L’existence de ce système reflète l’historique de l’assuré en tant que conducteur. L’enjeu est de pouvoir augmenter votre bonus suite à une année sans sinistres. Un malus vous sera infligé dans le cas contraire. C’est une méthode de pondération dont l’objectif est d’apprécier les risques. L’assurance automobile détermine un système réglementaire en matière de calcul du bonus-malus. Force est de constater qu’il est applicable dans les assurances autos, motos et écologiques. Il est alors possible aux assureurs de choisir eux-mêmes le système à appliquer.

Ce qu’il faut savoir sur le calcul de bonus-malus

Le bonus-malus a la vocation de récompenser tous les conducteurs bienveillants en octroyant une diminution de la prime d’assurance annuelle d’assurance auto. Dans le cas d’un sinistre réalisé, la prime augmentera. Il existe des situations ne déclenchant pas de malus. En effet, le vol, l’incendie, et les bris de glace ne font pas l’objet d’un malus. La loi du bonus-malus prévoit l’existence de plafond. Un bonus maximal correspond à un coefficient de 0,50 tandis qu’un malus maximal équivaut à 3,5. Il vous est même possible de faire disparaitre le malus en réalisant 2 années successives sans accident. Votre première assurance vous attribue un coefficient égal à 1, ce qui signifie l’inexistence de bonus et de malus.

Principe de calcul du bonus-malus

Le principe est de considérer une année sans sinistre sous une réduction de 5% du coefficient. Pour obtenir un nouveau coefficient, il vous suffit de multiplier celui de l’année passé par 0,95. Dans le cas d’un accident mettant l’assuré en faute, il y aura une majoration de 25% du coefficient. L’obtention d’un nouveau coefficient se fait par la multiplication du précédent par 1,25. Aucune majoration ne sera à déduire suite à un premier accident à condition d’avoir un bonus de 50% sur une durée d’au moins 3 ans. Pour obtenir une cotisation de référence diminuée, il vous suffit de bénéficier de bonus.

Que faire en cas de sinistre ?
Démarches administratives : 3 conseils pour vous guider