Jeunes conducteurs : les principales causes d’accident de la route

Jeunes conducteurs

Dans la majorité des cas, les jeunes conducteurs sont des jeunes qui ont obtenu leur permis de conduire depuis moins de 24 mois. Outre l’âge, l’inexpérience est l’un des principaux facteurs qui expliquent qu’ils sont particulièrement impliqués dans les accidents de la route. Pour preuve, ils sont responsables de 18 % de l’ensemble des accidents. 57 % des jeunes conducteurs tués au volant sont âgés de 18 à 24 ans.

L’excès de vitesse

Sans la moindre surprise, la vitesse excessive représente le premier facteur d’accident de la route chez les jeunes conducteurs. Cela est responsable de près de 50 % des accidents mortels les impliquant. Comparés aux conducteurs plus âgés, la probabilité que les jeunes conducteurs meurent dans un accident lié à la vitesse est trois fois plus importante. Or, près de 65 % d’entre eux reconnaissent dépasser les limitations autorisées. Tel est le résultat d’une enquête le-jeune-conducteur.com. Il est pourtant vital de conduire en respectant les limites. D’abord, rouler trop vite diminue sensiblement le temps de réaction en cas de changement brusque, que ce soit pour cause de trafic ou en raison de l’état de la chaussée. Cela a aussi pour conséquences de réduire le champ de vision et de favoriser les risques de perte de contrôle. Rouler moins vite permet ainsi de prévenir un accident et d’éviter de contracter l’assureur pour faire une déclaration de sinistre. Il ne faut pas oublier qu’il est obligatoire pour tout automobiliste de souscrire une assurance auto. Pour en trouver une pour un jeune conducteur, rendez-vous sur cette page.

L’alcool et les stupéfiants

Tout le monde se souvient de la campagne de prévention : « Sam, celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas ». Malheureusement, les jeunes conducteurs ne l’ont pas encore assimilée. Après une soirée arrosée, beaucoup rentrent chez eux en conduisant ivres. La conduite en état d’ivresse, associée au manque d’expérience, augmente les risques d’accident. Pour preuve, l’alcool est responsable de 22 % des accidents. Outre l’altération de la coordination, il engendre une baisse des réflexes et une hausse du temps de réaction. Les drogues constituent aussi un autre fléau chez les jeunes conducteurs. Les produits stupéfiants sont à l’origine de 13 % des accidents. En effet, ils influent sur la faculté du conducteur. D’une part, ils rétrécissent le champ de vision périphérique et accroissent le temps de réaction. D’autre part, ils provoquent des troubles qui font perdre la capacité de contrôle d’un véhicule. Même à faible dose, l’alcool et les drogues ne sont pas sans conséquence sur les conducteurs. Les accidents peuvent causer la mort ou une invalidité permanente.

Le manque de concentration

Sur lolivier.fr, il est facile pour les jeunes conducteurs de trouver une formule d’assurance adaptée à leurs besoins en termes de garanties et de budget. Pour autant, ils doivent toujours faire preuve d’une grande vigilance au volant malgré une couverture optimale. Le manque de concentration fait en effet partie des principales causes d’accident de la route chez les jeunes et les conducteurs inexpérimentés. Pourtant, le problème de distraction au volant s’est largement amplifié sur la dernière décennie avec l’omniprésence des smartphones. Quand un conducteur est au volant, il est nécessaire de garder les deux yeux sur la route en tout temps. Son assurance jeune conducteur ne l’exonère pas de sa responsabilité s’il provoque un accident. Il ne faut donc pas utiliser son téléphone portable, sauf en cas de situation d’urgence. Même l’usage du kit mains libres peut devenir une distraction et accroître les risques d’accident. D’autres distractions sont aussi à l’origine d’accidents comme discuter et regarder les passagers dans la voiture, jouer avec la radio, manger et boire en conduisant, etc.

La fatigue au volant

Comme la plupart des jeunes conducteurs sont âgés entre 18 et 24 ans, ils sont en pleine possession de leur capacité physique. Ils pensent être moins vulnérables à la fatigue par rapport aux conducteurs plus âgés. Pourtant, la réalité est tout autre. 56 % des accidents mortels impliquant cette catégorie de conducteurs sont survenus la nuit. Le non-respect des priorités, la baisse de la concentration et la perte des réflexes sont autant de conséquences de la fatigue. Chez les jeunes, la sensation de fatigue est généralement sous-estimée. La fatigue est donc l’un des principaux facteurs accidentogènes chez les jeunes conducteurs. Elle provoque de la somnolence. Elle se manifeste de différentes manières comme la nuque qui raidit, les yeux qui picotent ou le dos qui mal. Si le regard commence à se figer, il est fortement recommandé de s’arrêter et de faire une pause de 30 minutes à une heure. Ce qui limite les risques d’accidents et évite au jeune conducteur de déclarer un sinistre à sa compagnie d’assurance. En effet, les conséquences d’une perte de contrôle sont souvent dramatiques.

Comment fonctionne une assurance jeune conducteur ?
Que faire en cas de sinistre ?